Le projet LIFE « Restauration d’habitats dans les camps militaires en Wallonie »


Résumé du projet

Ce projet est cofinancé (budget total de 3 447 436 €) par la Commission européenne (Programme LIFE-Nature) et la Région wallonne (Belgique) pour une durée de 5 ans (1er janvier 2006 au 31 décembre 2010). Il se déroule dans les camps militaires de Marche-en-Famenne, Lagland et Elsenborn. Ce projet est coordonné par la Direction Générale des Ressources Naturelles et de l’Environnement (DGRNE) du Ministère de la Région Wallonne (MRW) et est réalisé en collaboration avec la Défense Nationale et les ASBL Natagora-RNOB et Ardenne et Gaume.

> Téléchargez la première feuille d'info du Life Camps Militaires Téléchargez la première feuille d'info du Life Camps Militaires (500 K)

Localisation en Belgique

localisationlifecampmil.jpg

Objectifs du projet

L’objectif général est de restaurer différents habitats naturels ouverts visés par l’annexe 1 de la Directive Habitats CE/92/43 et des habitats d'espèces (Directive Habitats CE/92/43 et Directive Oiseaux CE/79/409) dans les trois plus grands territoires naturels en Wallonie que sont les camps militaires de Marche-en-Famenne, Lagland et Elsenborn (7500 – 8000 ha).

Les habitats visés sont principalement des pelouses sur dunes intérieures, landes humides atlantiques, des landes sèches à callune, des prairies à Molinia, des prairies maigres de fauche, des nardaies montagnardes, des mégaphorbiaies hydrophiles et dans une moindre mesure des tourbières hautes actives et dégradées, des tourbières de transition, des dépressions sur substrats tourbeux, des tourbières boisées. Toutes une série d’espèces végétales et animales typiques de ces milieux seront utilisées comme indicateurs du succès des travaux effectués et du réseau de sites définis. Certaines espèces comme la loutre (Lutra lutra), le cuivré des marais (Lycaena dispar) et le damier de la succise (Euphydryas aurinia) sont directement visés par les travaux proposés. Beaucoup d’autres espèces très rares et d’espèces sur listes rouges bénéficieront des actions de ce projet Life.

La principale menace dans ces trois camps militaires est la colonisation spontanée des habitats ouverts (souvent liés à d’anciennes pratiques agricoles abandonnées) par des buissons et des arbres qui provoquent une régression de nombreuses populations d’espèces (végétales et animales) et la dégradation ainsi que la fragmentation de nombreux habitats naturels. La restauration de paysages ouverts est cruciale pour la conservation de la nature et est aussi nécessaire pour de nombreuses activités militaires. Les objectifs de conservation de la nature et les objectifs militaires propres à ces camps sont donc tout à fait compatibles. Les autres menaces concernent l’assèchement des sols alluviaux et humides et la forte densité de sangliers. Quelques problèmes locaux sont aussi parfois induits par la méconnaissance de l’intérêt biologique des camps durant les activités militaires ou civiles. Une série d’actions d’informations et de sensibilisation sont prévues pour régler ces problèmes ponctuels et améliorer la connaissance des usagers des camps et celle du grand public.


Résultats attendus :

De manière plus spécifique, le projet vise à:

1. restaurer des habitats ouverts à la place de la colonisation arborée sur une surface d'environ 380 hectares dans les 3 camps (Marche-en-Famenne = 82 ha, Lagland et Bastin = 105 ha et Elsenborn = 193 ha) ;
2. restaurer par étrépage superficiel des habitats sensibles (landes tourbeuses, landes sèches et prairies du Molinion) sur une surface de 35 hectares (Marche-en-Famenne = 8 ha, Lagland et Bastin = 5 ha et Elsenborn = 22 ha) ;
3. restaurer des habitats humides (bouchage de drains, amélioration de l'habitat pour la Loutre, creusement de mares, réhaussement du lit de cours d'eau, ...) ;
4. restaurer 9 hectares de nardaies à Fenouil des Alpes et des emplacements d'anciennes cibles au camp d'Elsenborn;
5. mettre en place un système efficace de contrôle des effectifs de sangliers dans les camps de Marche-en-Famenne et de Lagland-Bastin ;
6. mettre en place des mesures de gestion récurrentes par pâturage/fauchage à Marche-en-Famenne et Lagland-Bastin et par mise à feu contrôlée et fauchage périodique à Elsenborn ;
7. sensibiliser les utilisateurs des camps à l'intérêt biologique et la fragilité de nombreux milieux dans ces camps militaires et mettre en place un système de gestion des infrastructures qui en tiennent compte
8. expliquer au grand public et aux populations locales les raisons qui justifient la mise en place de techniques de gestion avec du matériel lourd ou de techniques qui peuvent ne pas être bien comprises
9. synthétiser les résultats obtenus en fonction des techniques utilisées comme source d'informations pour d'autres projets de gestion par l'organisation de colloques.



Actions déjà réalisées:

Depuis début 2006, dans le cadre du projet Life, une série d’actions ont été mises en œuvre dans les trois camps, citons notamment:

- le renforcement de la surveillance militaire
- les inventaires biologiques et la cartographie des 3 camps par le CRNFB dans le cadre de la désignation des camps au sein du réseau Natura 2000
- la révision des concessions de chasse dans les camps de Lagland et Elsenborn
- la réalisation, la publication et l’ouverture d’un appel d’offre portant sur le déboisement de 85 ha dans le camp de Lagland (les travaux ont commencés)
- le déboisement de 7 tronçons de haies en quinconce à Marche
- le lancement d’un appel d’offre pour étréper 6,4 ha à Elsenborn
- l’inventaire des plantes invasives à Marche
- l’inventaire des vieilles cibles à enlever dans le camp d’Elsenborn
- la gestion par brûlis de 70 ha à Elsenborn
- la mise en place d’un comité scientifique pour le camp de Lagland
- le suivi scientifique (ornithologie, botanique, entomologie, indice biotique) du camp de Marche par des scientifiques
- la publication de feuilles d’informations dans les camps militaires
- la réalisation et la présentation d’une exposition «Life» dans le cadre de la journée «Environnement» réalisée à Lagland le 11 juin
- la mise en place de 3 conseillers militaires en gestion de l’environnement dans les 3 camps
- la mise en place du comité de pilotage


Equipe projet:

Coordination générale du projet: Mr. H. Pirard (CRNFB) et Cdt P. Henrottin (Défense Nationale)
Coordination locale à Elsenborn: Mr. R. Dahmen (DNF) et Adj. Malisse
Coordination locale à Lagland: Mr. J-L Mairesse (Natagora), Cdt. Wilemme et Adj. Klinkenberg
Coordination locale à Marche: Mr. P. Lighezzolo (Ardenne et Gaume), Cdt. Leblanc et Adj. Sainte

Adresse de contact:
H. Pirard – coordinateur projet Life
Camp Roi Albert
Compagnie Training (Bovet)
65 Chaussée de Liège
6900 Marche-en-Famenne
Tel: 084/ 24 66 20
Mail: herve.pirard(AT)skynet.be

> Consultez le site officiel du projet


Attention, si ces camps présentent un grand intérêt biologique, ils sont et restent avant tout des domaines militaires soumis à des règles de sécurité strictes. Leur accès est soumis à autorisation préalable des autorités militaires du camp et se fait au cas par cas. Pour votre propre sécurité, ne rentrez jamais dans un périmètre militaire sans y avoir été autorisé.

Partenaires :

logoslifecampmil.jpg





Les espaces
Gestion du site